• Séance de rattrapage - Suite et fin

     Séance de rattrapage - Suite et fin

     2ème jour, le lundi

    Le week end était passé, j’avais beaucoup repensé à elle durant ces deux jours, ma morne vie de famille ne comblant pas mes perversités les plus folles qui envahissaient ma tête depuis quelques temps et chaque fois plus lorsque je la voyais ou qu’une rencontre était prévue. Deux vies, l’une dite "officielle", la vie familiale par excellence, dont je tairais tout ou presque, l’autre plus "jardin secret" aux milles délices, cette vie à laquelle j’avais goûté avec elle, ma soumise, qui devenait chaque jour plus osée, plus épanouissante sexuellement pour l’un comme pour l’autre pensé-je pouvoir dire sans trop m’avancer pour elle.

    Je lui ai fait parvenir ses instruction le dimanche, cette fois elle les a lues le jour même comme pour mieux se préparer à ce qui allait suivre.

    Exceptionnellement cette fois je n’imposait pas de jupe, c’était rare, la consigne était qu’elle porte un pantalon, qu’elle le choisisse le plus serré possible, mais une fois encore interdiction de porter des dessous, je voulais qu’elle sente les coutures frotter contre sa chatte, qu’elle se sente nue mais aussi humide à baigner dans le jus de son excitation durant sa journée de travail. Autre instruction concernant sa tenue, elle devait porter un haut court, ne cachant pas sa taille et encore moins ses fesses, je voulais que tout le monde puisse voir ce cul moulé dans un pantalon très ajusté, je voulais qu’elle puisse se sentir regardée, épiée, désirée !

    Cette fois encore touchages imposés, c’est un rituel pour la mener sur les chemins du plaisir, l’un imposé au matin pour enfiler ses boules qu’elle devra cette fois garder tout le long de sont trajet pour se rendre au travail, devant subir les transports en commun et leur lot de vibrations exquises, tant et si bien qu’elle était déjà sacrément humide en arrivant au travail, et pourtant elle ne s’était pas spécialement levé d’humeur coquine, de mauvaise humeur même pourrais-je dire mais j’ai apprécié qu’elle ne me le fasse pas sentir, j’ai aimé qu’elle assume son statut de soumise, toujours disponible même quand l’envie de coquiner n’est pas là, joli exercice improvisé pour le coup, et jolie démonstration d’obéissance au Maître.

    Ainsi j’ai eu la journée pour la faire changer d’humeur, pas évident mais pas impossible et puis je savais qu’en me voyant en vrai je n’aurais aucun mal à y parvenir si cela n’était pas acquis.

    Elle se devait parvenir à un bon 8 d’excitation avant de quitter son travail et se toucher aussi avant de partir, c’était son troisième touchage de la journée et le moment où elle devait remettre ses boules avant de se présenter devant moi.

    A 17h je passais la chercher, elle avait en effet parfaitement suivi mes instructions, en tous points même, jusqu’au pantalon, un jean on ne peut plus moulant dans lequel elle avait dû rentrer au chausse pieds ! Elle ne se doutait pas de la raison de ce choix imposé, lorsque je lui demandais alors qu’elle avait prit place à côté de moi dans mon véhicule.

    Elle était toujours d’humeur fort peu coquine, presque effrontée même, elle répondait ne pas savoir si elle saurait m’obéir, je ne devrais pas le dire mais j’aime lorsqu’elle me provoque, ça me motive encore plus, j’aime la faire plier, la faire mouiller en me montrant ferme avec elle et elle sait que si toutefois elle s’avise de désobéir encore la punition n’en sera que plus dure !

    Ainsi malgré ses réticences et autres remarques insolentes envers son Maître elle dû se plier à mes exigences. Après quelques minutes à rouler sur l’autoroute et dans une ambiance plutôt bon enfant je lui ordonnais d’ouvrir son jean sur le champs. Sur le moment j’ai presque cru qu’elle ne le ferait pas, mais avec un peu d’insistance elle obéit !

    Elle s’offusqua et retrouva cette peur qui la tenaillait souvent lorsque je la faisais se soumettre à moi dans des lieux manquant d’intimité, lorsque je lui demandais de carrément enlever son jean, elle objecta qu’il lui fallait enlever aussi ses chaussures et que serré comme il était elle ne pourrait pas le remettre facilement et se trouverait donc vulnérable aux regards et autres imprévus. Je lui fis comprendre le peu d’importance que j’accordais à la chose et mon désir de la voir cesser de parler pour agir en conséquence, je la regardais alors se débarrasser de son pantalon et pour la première fois elle se retrouvait entièrement dévoilée à mes cotés, sans rien en haut pour cacher son intimité, et avec l’évidente obligation de conserver ses cuisses ouvertes comme toute bonne soumise qui se respecte ! Elle avait oublié son collier, la chose l’avait d’ailleurs terrifié lorsqu’elle me l’annonçait par mail dans le courant de la journée, elle redescendait donc pour cette fois et grâce à mon indulgence du jour, simplement au rang de petite chienne, elle retrouverait son statut de soumise la prochaine fois si toutefois l’évènement impardonnable ne se produisait pas de nouveau. Ainsi elle avait tout intérêt à m’obéir, peut-être plus encore que d’habitude pour ne pas réveiller la colère du Maître …

    Elle s’exécutait donc, nue et ouverte assise à mes côtés, je lui imposait de se toucher pour moi, de se montrer salope, chose qu’elle n’avait pas non plus su faire lors de notre dernière séance avec T., chose qu’elle allait devoir apprendre, prendre confiance en elle et savoir susciter l’envie chez son Maître comme chez les autres, sur ordre et quelle que soit la situation où cela lui serait demandé.

    Elle progressait, elle se toucha devant moi, me regardant droit dans les yeux lorsque je lui ordonnais, ne se faisant pas trop prier pour me parler de son envie de se faire prendre, de son plaisir à faire la salope qui se branle dans les embouteillages, sans vraiment se décontracter elle arrivait à s’exécuter bien mieux qu’auparavant et faisant grimper dans le même temps son niveau d’excitation !  Elle osa même placer ses pieds sur le siège, se découvrant un peu plus encore lorsque je lui ordonnais.

    Elle dût rester tout le trajet dans cette tenue, me suppliant de l’autoriser à se rhabiller à l’approche de sa ville, refusé ! Elle dût "assumer" une fois de plus, et bien plus qu’avant, bien qu’elle essaya de se cacher un peu derrière son petit pull, ce qui lui valu une jolie claque bien appuyée sur la cuisse, elle s’exécuta plutôt bien et ne perdit pied que lorsque nous traversâmes une cités voisine de chez elle, mais malgré tout elle tenu bon !

    Notre "endroit" habituel était squatté, un mobil homme avec un homme assis sur ses marches me découragea de tenter ce lieu pour me livrer à la suite de la séance, nous repartîmes alors à la recherche d’un lieu moins fréquenté que nous trouvâmes dans une zone d’activité toute proche, un petite parking tout neuf et tout vide non loin d’un fast food, un endroit "rêvé" pour ce que nous avions à faire.

    Le lieu paru lui plaire car elle obéit très bien lorsque je lui expliquai ce que j’attendais d’elle, cette fois nous étions avec MA voiture et celle-ci présentait un levier de vitesse digne de ce nom et parfaitement placé entre les deux sièges, je ne lâche pas l’affaire facilement lorsque j’ai une idée en tête …

    Ainsi j’enfilai moi-même le préservatif à son nouvel ami et passai à l’arrière du véhicule où je m’installai confortablement, dégrafant mon pantalon et en sortant ma queue raide, je comptais me branler en la regardant se baiser avec ce phallus de fortune !

    Séance de rattrapage - Suite et fin

    Elle m’obéit sans cesser de regarder partout autour d’elle lorsque je lui intimais de se placer dans la même position que la veille mais cette fois à l’envers et de se frotter au levier pour bien se faire mouiller ! Elle se montra même bien docile et obéissante cette fois, ne rechignant pas à la tâche, se caressant généreusement avec l’objet avant de le faire glisser en elle cette fois parfaitement bien. Je m’approchai pour le voir s’enfouir en elle, écoutant ses gémissements de plaisir, elle s’abandonnait, elle lâchait prise cette fois et complètement ! Elle se baisait et obéit de la même manière lorsque je lui demandais de changer de trou et de se le mettre dans les fesses pour le plaisir de son Maître !

    Séance de rattrapage - Suite et fin

    C’était laborieux, elle ne parvint pas à le faire véritablement rentrer, il était large quand même et la position pas forcément des plus pratiques, mais elle essaya autant qu’elle pût avant de le laisser retrouver une place plus acquise dans sa petite chatte à présent plus que trempée. Elle luisait de mouille et me supplia de la laisser jouir, mais je refusai, une fois encore, j’avais envie de la voir jouir oui, mais avec ma queue, et la suite je savais parfaitement comment je la voyais !

    Séance de rattrapage - Suite et fin

    Ainsi je l’invitai à me rejoindre à l’arrière, lui imposant au passage de sortir de la voiture, mais elle refusa de le faire sans se rhabiller, cette fois je la laissai faire, déjà satisfait de ses progrès et me montrant aussi un peu conciliant compte tenu de cela.

    Une fois à mes côtés je lui montrai mon sexe luisant lui aussi de cette mouille d’homme qui devait lui faire envie, elle me tarda pas à venir me flatter de sa bouche, exquise avant que nous soyons dérangé, trop vite par un petit camion n’ayant rien trouvé de mieux que de venir s’installer à deux pas de nous sur ce parking initialement désert ! Cela fît renaître ses craintes et la bloqua, pas que le monsieur puisse vraiment nous voir compte tenu de la position penchée qu’elle devait adopter pour me sucer mais il se serait forcément douté et déjà lorsqu’il était arrivé, il avait dû entrevoir que nous n’étions pas vraiment en train de chercher notre route sur un plan …

    Ainsi je ne parvins pas à la convaincre de se laisser baiser devant cet inconnu, chose qui ne m’aurait nullement dérangé, mais à grand renfort de caresses équivoques prodiguées en auto érotisme à mon sexe toujours luisant je parvins à lui faire envie, elle voulait satisfaire son maître et finit par revenir se pencher sur moi, faisant abstraction de cette présence incongrue et indésirée elle me reprit en bouche pour mon plus grand plaisir, vicieuse, gourmande et parfaitement docile. J’en profitai alors pour la forcer à me dire qu’elle voulait me faire plaisir :

    - Oui Maître, j’ai envie de sentir gicler votre sperme dans ma bouche, j’ai envie que vous me baisiez la bouche !

    Ce que je ne me privai pas de faire, lui maintenant la tête lorsque je sentis mon plaisir venir et ne lui laissant d’autre choix que de prendre tout mon foutre dans sa bouche ce qu’elle fît à merveille !

    J’étais un peu déçu car elle n’avait pas eu de plaisir, je regrettais de ne l’avoir pas laissé se donner du plaisir avec le levier de vitesse puisque je n’avais pas pu le faire moi-même, je pensais à son plaisir, à sa frustration et je me jurais d’y mettre un terme le plus rapidement possible.

    C’est ainsi que se termina la seconde séance de rattrapage, pas comme je l’avais prévu mais finalement assez joliment, elle était certes frustrée mais aussi contente d’elle que du plaisir qu’elle m’avait donné, nous pensons chacun au plaisir de l’autre avant même de penser au nôtre et ce malgré la relation dominant dominée que nous avions, l’un n’empêchant pas l’autre !

    C’est le lendemain que j’eus l’occasion de la soulager un peu, nouvelle rencontre imprévue et amenée par une journée à se chauffer alliée à sa frustration, même lieu, même heure et personne pour nous déranger, mais cette fois pas de séance et je n’eus pas grand mal à la convaincre de venir s’empaler sur ma queue après avoir prit soin d’ôter à nouveau son jean, ça deviendrait une habitude ! ;-)

    Je la fît jouir à deux reprises, la serrant dans mes bras et la laissant se baiser de ma queue, accompagnant ses propres coups de reins en appuyant les miens, venant le plus profondément possible dans sa chatte gourmande et affamée, je la baisai rapidement mais pour la combler, j’attendis son plaisir pour consommer le mien et nous pûmes enfin apaiser un peu toutes ces tensions accumulées durant ces derniers jours !

    Elle est ma soumise, dévouée, impliquée et vicieuse comme j’aime, elle a des progrès à faire et son dressage ne fait que commencer, mais c’est déjà une salope démente et elle aime la bite, elle assume ! Moi j’aime la voir se donner à moi, corps et âme, et se déchaîner lorsque je la laisse enfin prendre son plaisir !

    A suivre … dans de nouvelles aventures …

    Bonnes vacances à toutes et à tous surtout !

      


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    fifi38
    Vendredi 29 Juillet 2011 à 13:21

    s bon cher maitre....au plaisir de vous seconder un jour..

    2
    tomerlo
    Lundi 29 Août 2011 à 16:55

    Bonjour Maitre,


    c'est bien un plaisir de lire vos nouvelles séances après notre rencontre à 3.


    Effectivement le dressage de la soumise poursuit dans les meilleurs conditions...je n'avais pas le moindre doute.


    Au plaisir.


    T.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :