• Séance marathon ... Suite

    Séance marathon ... Suite

      

    Je relève la tête, mes yeux croisent les siens.

    Je suis maintenant à Lui ...

      

    Il m'ordonne de marcher devant lui vers le début du quai parce qu'il semble y avoir plus de monde.
    En fin de compte le quai est quasiment vide et il n'y a pas grand monde dans le RER non plus. Bizarrement je ne me sens pas trop angoissée mais pas à l'aise quand même. Je Lui ai laissé les rennes à partir du moment où j'ai prononcé LA phrase. Nous montons dans le RER, il y a tellement peu de monde que nous pouvons nous asseoir. Je pense à écarter mes jambes mais visiblement pas assez au goût de Maître K parce que, d'un petit geste, Il me demande de les écarter plus ; sauf que ma jupe étant serrée ce n'est pas évident.

    Il me demande si j'ai le plug que Maître R m'avait demandé de porter. Je lui dis que non parce que Maître R m'avait laissé d'autres options suite à ma supplication. Je précise donc à Maître K que j'ai opté pour une autre des propositions. Il me dit de ne rien lui dire et qu'il verra par Lui-même.

    Séance marathon ... Suite

      

     Nous descendons à la station suivante, ce n'est pas du tout évident de trouver un lieu un peu désert à cette heure là. Il me demande si je me sens bien pute. Je baragouine quelque chose.

    Il me dit que lorsqu'il pose une question je dois répondre par oui ou non. Je lui réponds donc oui avec un peu plus d'assurance.

    Du coup nous sortons un peu et nous retrouvons dans le lieu encore sous terrain avec des magasins fermés un peu partout. Nous croisons deux personnes et montons dans des escalators qui ne fonctionnent pas.

     

    Il me demande de m'arrêter. Je suis sur une marche au-dessus de Lui. Nous sommes assez peu visible et Il passe directement sa main sous ma jupe. Il touche la ficelle et comprend que je porte mes boules de geisha.

    Directement Il passe un doigt le long de mes fesses, je ne suis pas très détendue et Il doit forcer l'entrée de mon petit cul. Il soulève carrément ma jupe pour voir.

     

    Je vois quelqu'un arriver au loin, je Lui dis. Il s'arrête, je rabaisse ma jupe et nous redescendons par là ou nous sommes venus. Nous nous arrêtons un peu plus loin. Il y a toujours les deux mêmes personnes.
    Il me demande de lui dire ce qui vient de se passer. J'ai du mal mais je parle quand même d'un air timide en tentant de décrire la scène. Il me demande si je veux qu'Il recommence, si je veux encore sentir son doigt dans mon cul. J'hésite mais je lui réponds Oui parce que oui j'aime et parce que Mon Maître souhaite que je sois la plus salope possible.
    Nous retournons dans les escalators, Il m'arrête de nouveau et vient glisser directement un doigt dans mon cul. Il me doigte un peu comme si c'était devant, sans se soucier de mon ressenti, il dirige et prend ce qu'il veut. Il me demande si j'aime, je lui réponds que oui j'aime ce qu'il me fait.
    Il me demande de le dire plus fort sinon il met un deuxième doigt. Je le dis plus fort mais malgré tout je crois qu'il insère un second doigt qui vient à son tour forcer l'entrée de mon cul. J'ai du mal à ne pas faire de bruit, je suis dans un état d'excitation des plus avancé. 
    Il me dit de monter alors qu'il a encore un doigt dans mes fesses. Je m'exécute, tortillant mes fesses pour monter l'escalator arrêté tandis qu'il continue de me fouiller, j'arrive presque en haut, je vois du monde au loin, je lui dis mais il attend encore quelques secondes qui me paraissent une éternité avant de retirer son doigt.

    Séance marathon ... Suite

      

    Puis nous retournons vers là ou il y a plus de monde. Il me dit que j'ai été bien obéissante, que j'ai bien été soumise et que j'ai bien fait ma pute comme demandé, Il en fera part à Maître R. Il me dit que si l'occasion se représente, il me mettra lui même un plug dans le cul.

    Il me souhaite bonne journée et nous nous séparons. Je me remets en route et sens mes boules qui bougent beaucoup et semblent descendre toutes seules. J'ai quand même beaucoup mouillé avec l'excitation alors j'ai peur quelles se sauvent. Mais bon j'arrive à les tenir jusqu'à mon boulot. 

    La matinée se déroule tranquillement. Je repense à ma rencontre avec Maître K, je suis fière d'avoir été obéissante et d'avoir fait honneur à mon Maître mais j'ai un sentiment étrange, particulier, d'avoir vécu cela sans Lui. Mais je sais que je vais le retrouver l'après-midi même et qu'il me félicitera probablement. Si toutefois Maître K Lui a bien fait part de mon obéissance.

    D'ailleurs midi arrive, la matinée est terminée. Je quitte mon travail. Maître R m'attends au bout de la rue dans sa voiture. Je me dirige vers celle-ci et ouvre la portière avant pour monter. Mon Maître me stoppe directement et m'ordonne de monter à l'arrière. C'est une première, d'habitude je fais le trajet à ses côtés ... Je monte donc à l'arrière et remarque un plaid sur les sièges arrières. Je me demande ce qui va m'arriver ...

    Maître R démarre et 200 mètres plus loin Il s'arrête au feu. Il klaxonne, je ne comprends pas pourquoi puisque le feu est rouge. C'est alors que je vois Maître K s'approcher de la voiture. Je n'en reviens pas ! Il ouvre la porte arrière et s 'assois à son tour. Il me demande de venir m'asseoir à côté de Lui. Je m'exécute, n'oubliant pas de remonter ma jupe pour avoir les fesses directement sur le siège. Maître R se retourne et dit à Maître K :

     

    - Elle est à toi !

     

    Et me regardant ensuite il m'ordonne :

     

    - Et toi sois bien obéissante et dévouée à Maître K, fais moi honneur petite chienne ! 

     

    Séance marathon ... Suite

      

    Nous redémarrons et nous retrouvons sur l'autoroute. Maître K ne tarde pas à glisser une main entre mes cuisses bien ouvertes. Honnêtement je suis un peu ailleurs, je réponds tout juste aux questions que l'on me pose. Je suis déboussolée. Je cherche le regard de mon Maître dans le rétroviseur. Je le trouve. Ca me rassure. Il passe sa main le long de ma fente, vient titiller mon clito. Je suis déjà limite. Peut-être qu'Il le sent car Il s'arrête assez vite.

    Puis il ouvre son pantalon et en sort sa queue. Il m'ordonne de le sucer, je m'exécute directement, me penchant sur son chibre tendu, posant mes lèvres dessus et m'afférant à ma tâche de soumise suceuse. Il impose rapidement le rythme, me laissant beaucoup moins gérer que mon Maître habituellement. Il ne se laisse cependant pas aller jusqu'à la jouissance et retire ma tête de son sexe. Je me rassois. Il revient jouer avec mon intimité.

     Séance marathon ... Suite

      

      Maître R me demande quel est mon niveau d'excitation. Je lui réponds 10. Maître K demande sur combien et mon Maître lui répond sur 12. Maître K dit :

     

    - Ah oui quand même ! 

     

    Et de nouveau il me branle et joue avec mon intimité. A cet instant je reprends mes esprits. Mon esprit s'était un peu échappé de tout ça de peur peut-être de ne pas pouvoir tout gérer mais là je suis à la limite de la jouissance et je réalise que je n'ai pas l'autorisation. Je reviens vite à la réalité. C'est au tour de Maître K de me demander à quel niveau j'en suis. Je lui réponds difficilement à 11. Mon Maître me rappelle que je n'ai pas le droit de jouir. Je le sais oui mais à ce rythme là je ne vais pas tenir très longtemps.

    Maître K s'arrête de nouveau me laissant souffler un peu.

    Nous quittons l'autoroute pour nous retrouver sur le parking d'un parc. Le parking est assez peu fréquenté mais il y a du passage tout de même et nous sommes en pleine journée. A peine arreté, Maître K ressort sa queue et me dit que maintenant je vais pouvoir bien m'occuper de Lui. Je me détache, m'installe au mieux et pose à nouveau mes lèvres sur sa queue. Je le lèche, le suce, le prends bien en bouche et me force pour aller au plus loin mais visiblement cela ne le satisfait pas complètement. Il pose alors sa main sur ma tête et m'enfonce sur sa queue jusqu’à la garde avec une fermeté qui ne me laisse aucun autre choix que de me laisser faire. IL dit un truc du genre :

     

    - C'est comme ça que j'aime que l'on me suce !

     

    Il me force plus que mon Maître ne l'a jamais fait. Je contrôle au mieux mes hauts-le-coeur, j'en pleure. Et puis Maître K jouit enfin. Je reçois en bouche, enfin plutôt en gorge, tout son sperme. Il retire sa main mais je ne retire pas ma tête de suite. Mon Maître m'a appris a être propre alors j'aspire et nettoie avec ma langue la queue de Maître K. Je ne veux rien laisser couler une fois ma bouche retirée. La queue de Maître K doit ressortir propre et nette comme mon Maître me l'a appris. 

      

    Séance marathon ... Suite

      

    Une fois que j'ai fini, je me retire. J'ai les yeux pleins de larmes. Je crois que Maître K félicite Maître R pour la propreté de sa soumise et la dévotion de sa soumise. 

      

    A suivre ...

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :